Lab’Elles sollicite le soutien des fans de musiques éléctro

Le collectif d’artistes féminines de musiques électroniques fait face à l’annulation de toutes ses prestations jusqu’au mois de septembre. Les membres de Lab’Elles ont lancé une campagne de levée de fonds pour maintenir ou reconduire les événements auxquels elles sont censées participer.

Les musicos avaient prévu de se produire sur scène lors du Valence Wake Up Festival auprès d’artistes de renommées internationales, à la soirée Red Room3, Secret Garden Party3, Hard Side3…. Mais aussi en partenariat avec le festival Micromusic 2020 organisé par l’agglo de Valence Romans.

Ces événements devaient se tenir entre le 14 mars et fin juin. « Toutes nos dates sont annulées. Nous avons crée une cagnotte sur Helloasso pour reconduire nos prestations et pour soutenir notre travail pendant cette période de crise. », nous explique Delphine, artiste féminine, fondatrice et cheffe de projets artistiques et culturels au sein de Lab’Elles.

 Soirée Red room II organisée par Lab’elles à Saint-Péray, le 18 mai 2019

La musique électro continue de nous ambiancer avec leurs artistes résidentes mais aussi des invitées faisant parties d’autres collectifs. Depuis le début de la pandémie, des compositrices house, tech-house, techno, drum-bass, trance, minimal… font vibrer les internautes sur leur page Facebook. Les mercredis et les dimanches, de 18h30 à 20 heures, elles nous font taper du pied grâce à leur livestream « confinement sound ».

Ce collectif, créée en 2015, regroupe des artistes féminines spécialisées dans la composition de musiques électroniques et de VJ (vidéojockey). Les djettes se produisent sur les scènes locales, régionales, nationales et mais aussi internationales. Elles viennent de Marseille, Cannes, Lyon et de Valence. Cinq membres permanents collaborent à Lab’Elles, deux garçons et trois filles. Le projet d’avenir : créer des postes salariés et freelance.


Suivre Lab’Elles : 

Written By
More from Morgane Eymin

EP.3 : Un Ardéchois et sa compagne racontent leur confinement à Tokyo, au Japon

Anne et Thibaut vivent à Tokyo depuis presque cinq ans....
Read More