A Romans, Usages développe une proposition à contre-courant de la mode industrielle

La ville de Romans regorge de belles initiatives et de beaux projets. L’atelier Usages lance un atelier de confection artisanal intégré à un studio de création mettant en exergue les matières naturelles et l’émancipation sociale.

 

zéro synthétique, zéro produits toxiques, valorisation des déchets. Fibres naturelles et locales, lin et laines de France.

Il y a deux ans, Philippine Klahr et Guillaume Pavageau ont eu l’envie de concrétiser leurs idées et d’ amorcer ce projet. Au sein de l’atelier qu’ils ont investissent en février dernier, ils souhaitent faire un maximum de choses par eux-mêmes et faire appel à des femmes, des hommes et des matières qui vivent dans des territoires proches du nôtre. 

 

L’atelier USAGES développe une proposition à contre-courant de la mode industrielle actuelle. Car nul ne peut plus l’ignorer: au delà de ne plus rien raconter de nos vies et de nos territoires, cette dernière les détruit. Avec comme horizon, l’autonomie, la résilience et la signifiance, ils valorisent les fibres naturelles de proximité, issues de producteurs dont les pratiques construisent la filière textile de demain, verte et vertueuse.
Avec comme constat que les alternatives actuelles, comme le made-in-france ou les fibres recyclées, restent emprisonnées dans le paradigme industriel — croissance à tout prix, économies d’échelle, travail à la chaine, consommation énergétique importante. Mais surtout que les marques semblent incapables de produire les alternatives nécessaires aux problèmes qu’elles posent elle-même, l’atelier Usages s’attarde à façonner un imaginaire enthousiaste et radical autour du vêtement.
 
Au studio de création, ils ont ainsi intégré un atelier de confection artisanale reposant sur des machines industrielles mécaniques d’occasion. En écartant complètement les matières synthétiques et les produits toxiques, l’atelier propose des pièces aux qualités naturelles remarquables, tout en traitant la problématique des déchets à la source. En effet, une fois leur usage terminé, ces vêtements compostables peuvent être abandonnés dans la nature pour y être digérés par le sol.
Leur première collection, « La Bonne Direction » est proposée sur la plateforme de financement participatif Ulule pendant une trentaine de jours. Elle met en valeur le travail des artisans lainiers de la Montagne Noire, dans le Tarn, en proposant notamment des pièces en laine foulonnée de Mérinos d’Arles élevés en Provence.


Suivre Atelier Usages : 

 

Written By
More from David

Valence à enfin sa première ruche à livre

Depuis mardi, la Ville de Valence se dote de sa première Ruche...
Read More